Les données et Journey Builder #1

C’est la rentrée ! Et comme les écoliers, j’ai sorti mon cartable, ma trousse et mon envie d’alimenter la French SFMC en articles, en tips, en analyse de fonctionnalités pour les partager au plus grand nombre.
Je commence en douceur par un sujet que j’aborde souvent avec mes clients qui débutent sur Salesforce Marketing Cloud : les données dans Journey Builder !
L’idée de ce billet est de partager quelques grands principes qu’il faut connaitre quand on clique sur « activer » dans l’écran d’un journey.

Les données Journey Builder seront toujours statiques

Les données sont au cœur de la vie d’un journey. D’ailleurs, la première chose à paramétrer c’est l’événement d’entrée qui permet aux données d’être injectées dans le journey.
Que ce soit pour un événement d’entrée Extension de données ou un événement d’entrée Données Salesforce (dans un environnement synchronisé avec le CRM), les données injectées dans le journey sont statiques. Cela signifie qu’une fois qu’un contact entre via cet événement d’entrée dans le journey, les valeurs des attributs qui accompagnent ce contact resteront toujours les mêmes.

A partir de ce principe, je déconseille :
-> la mise à jour d'enregistrements dans une extension de données d'un journey activé, cette mise à jour ne pourra pas être prise en compte par le journey.

L’utilisation des données Contact pour les séparateurs décisionnels ou les critères de sorties

Utiliser les données Journey Builder pour paramétrer les séparateurs décisionnels peut se retourner contre nous. En effet, les données Journey Builder sont statiques, si le séparateur décisionnel est 10 jours après l’entrée dans le journey, la donnée peut ne plus être à jour.

Petit memo : Contact Data = à jour // Journey Data = statique et pas à jour


Ainsi, je recommande l’usage des données Contact. Les extensions de données qui sont présentent dans vos groupes d’attributs ne sont pas statiques et peuvent partager des données fraîches.
Aussi, quand nous utilisons des données synchronisées, il est possible d’interroger les données du CRM en direct et dans ce cas précis, l’interrogation se fera en temps réel.

L'exemple de la French SFMC : vous pouvez vérifier si le statut de l'opportunité liée au contact est toujours en prospection après qu'un contact soit sorti d'un temps d'attente de 5 jours. S'il est toujours dans l'ancien statut de prospection, on peut envoyer un rappel au contact ou créer une tâche pour l'interlocuteur commercial.

Savoir interroger les bonnes données présentes au bon endroit est important dans le cadre de la vie de votre journey.

Un journey, un contact, une clé !

Chaque contact sera identifié par le journey comme unique selon une clé spécifique. Cette clé est définie par la relation d’abonné que l’on a spécifié dans l’extension de données du journey.

Ici c’est l’Id qui est lié à la SubKey (et c’est quand même une sacrée bonne idée)

Il peut arriver de créer des doublons dans la liste tous les contacts à cause d’un journey et c’est sans doute la première chose à regarder quand ce problème arrive.

Bref, j’en termine pour cet article qui détaille certains basiques. Bonne journée à tous !
Un like linkedin, un commentaire, un partage, abonnez vous au site cela fait toujours plaisir ! Et cela me permettra à jour de monter une structure, lever des fonds, devenir millionnaire, puis milliardaire et racheter Salesforce !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s