Gmail_5_conseils_delivrabilite

5 conseils pour comprendre et améliorer sa délivrabilité sur Gmail

Souvent perçu comme l’un des plus complexes du marché, le système de filtrage anti-spam de Gmail intègre les retours de leurs utilisateurs et de l’engagement des contacts aux différents mails reçus. Ainsi, les taux de plaintes, de clics, d’ouvertures, et les réponses aux mails envoyés sont très importants. La vision de Gmail sur certains métriques peut changer avec le temps et donc ce qui amène à une bonne réception en 2020, peut très bien ne plus fonctionner en 2022.
Cela vous oblige à respecter deux choses :

  • les meilleures configurations techniques de relation entre serveurs d’envois et serveurs de messageries
  • les meilleures pratiques concernant vos contenus et vos programmes marketing

La French SFMC vous propose 5 conseils pour améliorer votre délivrabilité pour Gmail

1. Concentrez vous sur l’engagement

Comme je le disais plus haut, le filtrage Gmail est fortement axé sur l’engagement. Si vous avez du mal à obtenir un placement solide en boite de réception, une solution courante consiste à ajuster votre cible. Sur du court terme vous pouvez envoyer uniquement à des contacts ayant ouverts durant les 12 à 6 derniers mois par exemple. C’est simple.
Faites cela pendant 3 à 4 semaines et cela vous permettra d’obtenir un placement solide en boite de réception. Pour ceux qui ne sont pas engagés, vous devez décider quoi faire et fixer une stratégie globale qui va au delà de l’envoi du mail.

2. Ne pas acheter ou louer de listes de diffusion

S’il vous plait … ne le faites pas 🙂
Si vous êtes contraint de le faire, il faut savoir que Google est très sensible aux plaintes des abonnés (mise en courrier indésirable). Envoyer un mail à une liste de diffusion externe se résume à envoyer des mails à des contacts que nous ne connaissons pas et dont nous n’avons pas vérifié si ils existent ou non. #attentiondanger
Pour vérifier l’intégrité de la liste a posteriori, il suffit de monitorer le taux de bounces qui atteint généralement 5 à 10% selon la qualité du fournisseur de la liste.
Ensuite nous vérifions le taux de plaintes et si cela dépasse les 0,25% cela représente un danger très conséquent pour gmail. Cela peut aller vite.
Ce qui peut nous sauver, c’est la catégorisation par Gmail de vos mails en plusieurs familles : Boite de réception, Promotions, Notifications…
En effet, il est rare de voir quelqu’un farfouiller dans la rubrique « promotions » et tout indiquer comme indésirable. On a tendance à accepter les emails publicitaires dans cette rubrique conçue dans notre esprit pour répondre à ce besoin.

3. Ne pas se concentrer sur le placement des mails dans les onglets Promotions ou Notifications

Gmail veut placer votre courrier dans les rubriques « promotions » ou « notifications » et vous essayez de le déjouer ?
Cela peut fonctionner à court terme, mais pas à long terme. Google remarque les messages mal classés en rapport à leur contenu ou leur taux de clic. En effet, les emails dans l’onglet « boite de réception » ont un taux d’ouverture généralement supérieur à 75% chez Gmail. Tout email qui a un résultat inférieur à ce taux, peut faire la bascule vers les autres onglets. Et c’est la première règle sur plus d’une centaine…
Au lieu de se concentrer sur le placement de votre mail, concentrez vous sur le contenu du courriel, la date et heure de l’envoi et vos abonnés le liront quel que soit l’onglet dans lequel il apparaît. J’ai tendance à dire que les contacts engagés liront l’email quelque soit son onglet.
Techniquement, au niveau de la délivrabilité, gardez à l’esprit que, quel que soit l’onglet dans lequel se trouve votre mail, il se trouve dans la boite de réception de votre abonné.

4. Activez TLS et mettez le à jour.

Très peu d’outil de marketing automation n’ont pas activé TLS sur le serveur SMTP.
TLS pour Transport Layer Security, permet d’etablir des connexions STMP cryptées entre serveurs.
Notre chance avec Salesforce Marketing Cloud, c’est que Salesforce s’occupe de tout, activation lors du setup initial d’une plateforme et montée de version automatique lors des releases. Mon conseil : Faites attention aux releases (il faut quand même être au courant de ce qu’il se passe sur votre instance)

5. Activez l’authentification DKIM et SPF

Le Sender Policy Framework (SPF) est un simple enregistrement DNS qui indique quelles adresses IP sont autorisées à transmettre du courriel pour votre domaine. Dans le cadre du SAP (Sender Authentication Package), Salesforce met en place sur ses serveurs les écritures DNS nécessaire pour sécuriser les envois dont celle du SPF.
De base, elle ressemble à ceci :

v=spf1 include:cust-spf.exacttarget.com -all

Cela permet d’indiquer aux messageries que toutes les IP qui proviennent d’un serveur exacttarget.com sont autorisées à remettre vos courriels.

Le DKIM, j’en ai fait un article entier ici : https://lafrenchsfmc.com/2021/06/18/debunking-delivrabilite-1-spf-dmarc-dkim-pour-salesforce-marketing-cloud/
En deux mots, il permet à l’aide d’une clé de cryptage ajoutée lors de l’envoi de l’email d’éviter que votre email soit corrompu sur le trajet entre les serveurs d’envois et les serveurs de réception.

J’espère que ces conseils sont utiles !
N’hésitez pas à mettre un commentaire ou poser vos questions ici : https://lafrenchsfmc.com/contact/
J’y répondrais avec plaisir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s